Brassaï: Le flâneur nocturne

C est pour saisir la nuit de Paris que je suis devenu photographe L oeuvre de Brassa trouve sa source dans le Paris nocturne des ann es trente C est au contact de la r alit de la rue et des lieux de plaisir, lors de ses marches en compagnie d crivains et amis, Henry Miller ou L on Paul Fargue, comme lui amoureux de Paris, que Brassa apprend voir et photographier la ville ce Paris nocturne, qu il fut le premier photographier de mani re aussi assidue, Brassa consacra trois ouvrages, d approche tr s diff rente Paris de Nuit 1932 , o clatent la beaut muette des lieux et l inqui tante tranget de la vision nocturne, Volupt s de Paris 1935 , publication un peu leste, r alis e malgr lui, et qu il n a jamais revendiqu e, et Le Paris secret des ann es 30 1976 , au contenu social plus marqu , o le photographe se fait aussi conteur Reprenant l essentiel des images publi es dans ces ouvrages et en en proposant d autres, pour certaines in dites, cette publication est la premi re analyser, en la repla ant dans le contexte de l poque, la singularit de cette vision de Brassa entre reportage, documentaire social et recherche po tique, c est bien son Paris nocturne des ann es de l entre deux guerres qui lui assure une place majeure dans l histoire de la photographie du XXe si cle Sylvie Aubenas, conservateur g n ral, est directeur du d partement des Estampes et de la Photographie la Biblioth que nationale de France Quentin Bajac est directeur du cabinet de la Photographie au Centre Pompidou, et, partir de janvier 2013, Chief Curator of Photography au Museum of Modern Art de New York.
Brassa Le fl neur nocturne C est pour saisir la nuit de Paris que je suis devenu photographe L oeuvre de Brassa trouve sa source dans le Paris nocturne des ann es trente C est au contact de la r alit de la rue et des lieux de p

  • Title: Brassaï: Le flâneur nocturne
  • Author: Sylvie Aubenas
  • ISBN: 2070121011
  • Page: 185
  • Format: broch
  • 1 thought on “Brassaï: Le flâneur nocturne”

    1. Un couple d'amoureux cadré par deux fûts ; une charrette au-dessus de leur tête, ainsi que le songe d'un départ à deux. Modèles incarnés de Bakshi pour "Fritz the Cat" ou parfaits personnages wolinskiens (paix aux braves épris de clarté), il est des prête-noms qui ne relèvent ni de la caricature, ni de la nécrologie. C'est, au fond, qu'ils descendent du signe en général, et de celui des années 70 en particulier. (Très recommandables, les années 70 ! En reste-t-il en stock, tha [...]

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *